drame


drame

drame [ dram ] n. m.
• 1657; bas lat. drama, mot gr. « action »
1Didact. Genre littéraire comprenant tous les ouvrages composés pour le théâtre. théâtre. « Qui veut tenter l'histoire de la poésie, du drame ou du roman... » (Paulhan). Vx Pièce de théâtre. Mod. Drame lyrique. opéra, opéra-comique. Drame musical sacré. cantate, oratorio.
2Spécialt (mil. XVIIIe) Cour. Genre dramatique comportant des pièces en vers ou en prose, dont l'action généralement tragique, pathétique, s'accompagne d'éléments réalistes, familiers, comiques; pièce de théâtre appartenant à ce genre. Drame bourgeois, drame moral (Beaumarchais, Sedaine). Drames de Lessing, de Goethe. Drame romantique. Drame réaliste, symboliste. Drame populaire ( mélodrame) . « Le drame, qui fond sous un même souffle le grotesque et le sublime, le terrible et le bouffon, la tragédie et la comédie, le drame est le caractère propre de la troisième époque de poésie, de la littérature actuelle » (Hugo). Par ext. Pièce d'un caractère grave, pathétique (opposé à comédie). « Les Mouches », drame de J.-P. Sartre.
3(1787) Fig. Événement ou suite d'événements tragiques, terribles. catastrophe, tragédie. Drame affreux, horrible, sanglant. « Le drame de famille s'était greffé à vif sur le drame d'amour » (Martin du Gard). Faire un drame d'un petit incident. dramatiser (cf. Faire d'une mouche un éléphant). En faire tout un drame (cf. fam. En faire tout un plat). Journal. Catastrophe causée par un accident, un crime. Tous les détails sur le drame. Drame passionnel.
⊗ CONTR. Comédie.

drame nom masculin (bas latin drama, du grec drama, action) Pièce, film, etc., d'un caractère général grave, mettant en jeu des sentiments pathétiques et des conflits sociaux ou psychologiques (par opposition à la comédie). Événement ou série d'événements tragiques opposant des êtres humains les uns aux autres ; tragédie : Un drame de la jalousie. Événement auquel on attribue une importance ou une gravité excessive : Ne pleure pas, il n'y a rien de grave, ce n'est pas un drame. Pièce de théâtre de ton moins élevé que la tragédie, représentant une action violente ou douloureuse, où le comique peut se mêler au tragique. ● drame (citations) nom masculin (bas latin drama, du grec drama, action) François Mauriac Bordeaux 1885-Paris 1970 Académie française, 1933 Une œuvre sincère ne saurait être plus condamnable qu'un cri. Tout drame inventé reflète un drame qui ne s'invente pas. Journal Grassetdrame (expressions) nom masculin (bas latin drama, du grec drama, action) Drame bourgeois, drame en prose recherchant la vérité dans le ton, axé sur le mouvement et le pathétique et représentant dans une intention moralisante des scènes de la vie privée. Drame liturgique, au Moyen Âge, mise en scène de textes sacrés. Drame lyrique, opéra écrit sur un sujet dramatique. Drame romantique, pièce de théâtre où le comique se mêle au tragique. Drame satyrique, dans la Grèce antique, pièce mi-tragique, mi-bouffonne, dont le chœur est formé par les satyres et qui accompagnait chaque trilogie tragique dans les représentations officielles. En faire (tout) un drame, dramatiser. Faire un, des drame(s), provoquer des disputes ou des événements aux rebondissements fâcheux. Tourner au drame, en parlant d'une situation, devenir subitement violente, tragique. ● drame (synonymes) nom masculin (bas latin drama, du grec drama, action) Événement ou série d'événements tragiques opposant des êtres humains les...
Synonymes :
- tragédie

drame
n. m.
d1./d LITTER Genre dramatique où le pathétique et le sublime côtoient le familier et le grotesque; oeuvre théâtrale de ce genre. Le drame romantique.
|| Pièce de théâtre dont le sujet est tragique.
Drame lyrique.
d2./d événement tragique. Les drames de la Révolution. Un drame épouvantable s'est produit dans cette famille.

⇒DRAME, subst. masc.
A.— GENRE LITTÉR.
1. Vx. Genre littéraire incluant tous les ouvrages joués pour le théâtre :
1. Cette division [de l'art dramatique au Moyen âge] peut, suivant nous, se réduire à deux : le drame profane ou mondain, ou le drame religieux ou liturgique...
E. DE COUSSEMAKER, Hist. de l'harmonie au Moyen Âge, 1852, p. 125.
Spéc. Drame lyrique. Opéra. La musique prend facilement le premier rang chez les peuples nordiques; elle doit surmonter bien des résistances physiologiques pour y accéder chez les peuples méditerranéens : ce qui fournit une des causes de l'opposition entre le drame lyrique à l'allemande et l'opéra italien, par exemple (Arts et litt., t. 1, 1935, p. 4402).
2. HIST. LITTÉR.
a) Genre théâtral dont l'action généralement tendue et faite de risques, de catastrophes, comporte des éléments réalistes, familiers, selon un mélange qui s'oppose aux principes du classicisme, aux XVIIIe et XIXe siècles (s'oppose à la tragédie et à la comédie classique). Le drame bourgeois. Il existait encore des styles dramatiques, la comédie et la tragédie classiques, le drame romantique et naturaliste, le vaudeville type (Arts et litt., t. 2, 1936, p. 8805). L'éclat et la profusion des décors contribuent en partie au succès du mélodrame, puis du drame romantique (SERRIÈRE, T.N.P., 1959, p. 68) :
2. ... après ces abstractions il restera quelque chose à représenter, l'homme; après ces tragédies et ces comédies, quelque chose à faire, le drame.
HUGO, Préf. de Cromwell, 1827, p. 19.
b) P. méton.
CRIT. LITTÉR. Pièce appartenant au genre du drame. Jouer un drame romantique; un drame wagnérien. Je voudrais me réserver le droit plus tard (...) de réimprimer ce drame avec le reste de mon théâtre (CLAUDEL, Corresp. [avec Gide], 1899-1926, p. 160) :
3. J'ai acheté et lu Catherine Howard, drame historique de l'ami A. Dumas. (...) M. Vanderbuck a fait un drame intitulé Jacques II (ordinaire). Victor Hugo fait un nouveau drame; ...
FLAUBERT, Corresp., 1835, p. 20.
Usuel. Pièce d'un caractère général grave ou pathétique (lorsqu'il ne s'agit pas d'une tragédie). Dans Hamlet, d'un bout à l'autre du drame, rien de plus hardi, de plus savant, que cette sorte de décalage qui se produit de scène en scène (GIDE, Journal, 1943, p. 255) :
4. J'ai voulu essayer ici un drame qui soit une comédie et dont le centre même serait un nœud de vaudeville si la marche des scènes et le mécanisme des personnages n'étaient dramatiques.
COCTEAU, Les Parents terribles, 1938, p. 11.
P. métaph. Puisque la guerre est un drame effrayant et passionné, étudions le drame lui-même. Voyons agir les acteurs dans les différentes scènes qui le composent (FOCH, Princ. guerre, 1911, p. 6).
B.— Au fig. Événement ou situation grave et tragique, présentant souvent un caractère violent, mortel. Le drame de l'enfance; un drame affreux, terrible. Synon. catastrophe, tragédie. C'est aussi la morale de la terreur, que nous allons voir proclamée plus naïvement dans le drame français de 1792 (SAND, Hist. vie, t. 1, 1855, p. 196). Le drame, la tragédie est que sans doute Thérèse Pantevin n'est pas folle du tout (MONTHERL., Pitié femmes, 1936, p. 1200). La haine couvait des deux côtés, quand un scandale fit éclater le drame (GROUSSET, Croisades, 1939, p. 142).
SYNT. Drame national, intérieur, planétaire; le drame du pays, de la faim, de l'industrie; un drame de la mine; le drame éclate, continue, mûrit, se noue; tourner au drame; traverser un/des drames; les circonstances du drame; le décor du drame.
Spéc., domaine de la psychol. Situation individuelle pénible ou dangereuse; événements tragiques impliquant une telle situation. Un drame de la jalousie. Synon. tragédie. Alors il me raconte qu'il y a eu des drames entre Cristina et son mari (BOURDET, Sexe faible, 1931, p. 269). Les crimes, les drames passionnels, servent sa curiosité malsaine (Civilis. écr., 1939, p. 4207). L'hôtel est déjà suffisamment chargé de drames d'amour, de fiançailles rompues et de congrès inutiles pour s'occuper de conflits (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 230) :
5. Délivré des passions et de la tragédie des sentiments dans laquelle il aurait été jusqu'alors engagé, ce personnage, ligoté par les honneurs, deviendrait uniquement attentif à l'autre drame qui se joue sur un autre plan que celui des passions du cœur, et où des intérêts sont seuls aux prises.
MAURIAC, Mémoires intérieurs, 1959, p. 251.
SYNT. Drame conjugal, sentimental, passionnel; protagoniste du drame; éviter les drames; c'est un drame.
Loc. Faire un drame (de qqc.). Considérer (quelque chose) comme gravement dommageable et le manifester de manière exagérément pathétique. Un drame, ils font sûrement un drame parce que leur voiture n'est pas du modèle le plus récent, n'est-il pas vrai? et leurs épouses boudent parce que leur fourrure n'est pas neuve (CAMUS, Cas intéress., 1955, p. 698).
Rem. La docum. atteste dramaticide, adj. Qui cause la mort de l'art dramatique. M. Buloz eût déjà quitté son poste dramaticide, écrasé sous le poids de notre réprobation à tous (DUMAS père, Simples lettres sur l'art dram., 1844, II, p. 210).
Prononc. et Orth. :[], mais aussi [] ds PASSY 1914. Ce timbre est admis avec la mention ,,peut-être`` ds KAMM. 1964, p. 94; il peut exprimer une dramatisation inhérente au mot. Drame est attesté ds Ac. 1740-1932. Étymol. et Hist. 1. 1657 forme francisée du mot gr. (L'Abbé D'AUBIGNAC, La Pratique du Théâtre, ch. V cité par G. Proschwitz ds St. neophilol., t. 36, p. 22); 1696 « pièce de théâtre [représentée dans les collèges de Jésuites] » (Géronée, ou le vieillard rajeuni, drame, ibid., p. 17); 1750 « pièce de théâtre, nom générique » (L'Abbé PRÉVOST, Manuel lexique, ibid., p. 30); 1762 (Ac.); 1761 « tragédie bourgeoise » (RANDON DE BOISSET, L'Humanité ou le tableau de l'indigence, triste drame cité par PROSCHWITZ Beaumarchais, p. 99); 1838 « pièce de théâtre représentant une action violente ou douloureuse » (HUGO, Préface de Ruy Blas cité par Proschwitz ds St. neophilol., t. 36, p. 38); 2. sens fig. 1787 « suite d'événements tragiques terribles » (Correspondance littéraire secrète du 23 juin, ibid., p. 36); 1793 (RESTIF DE LA BRETONNE, Le Drame de la vie, titre d'ouvrage, ibid.). Empr. au b. lat. drama, gr. « action jouée sur scène, pièce de théâtre ». Fréq. abs. littér. : 4 040. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 3 652, b) 5 795; XXe s. : a) 5 746, b) 7 504. Bbg. ARVEILLER (R.). Fr. mod. 1968, t. 36, p. 342. — GREIMAS (A.-J.). Nouv. dat. Fr. mod. 1952, t. 20, pp. 301-302. — PROSCHWITZ (G. von). Drame. Esquisse de l'hist. du mot. St. neophilol. 1964, t. 36, pp. 9-50; Le Mot drame et ses chang. de valeur, du Diable boiteux à la Comédie humaine. Cah. Assoc. intern. Ét. fr. 1964, n° 16, pp. 43-58.

drame [dʀam] n. m.
ÉTYM. 1657, au sens d'« action, intrigue »; lat. drama, du grec drama « action », de drân « agir ».
A
1 Didact. Genre littéraire comprenant tous les ouvrages composés pour le théâtre. Théâtre. || Le drame représente une action sur une scène.
1 Qui veut tenter l'histoire de la poésie, du drame ou du roman depuis un siècle, trouve d'abord que la technique s'en est lentement effritée, et dissociée; puis, qu'elle a perdu ses moyens propres, et s'est vue envahie par les secrets ou les procédés des techniques voisines — le poème par la prose, le roman par le lyrisme, le drame par le roman.
J. Paulhan, les Fleurs de Tarbes, p. 30.
Vx. Pièce de théâtre (syn. mod. : pièce de théâtre).
2 Les régents de collège y faisaient représenter (…) des drames.
A. R. Lesage, le Diable boiteux, 7, in Hatzfeld.
3 Nous parlons trop dans nos drames; et, conséquemment, nos acteurs n'y jouent pas assez. Nous avons perdu un art, dont les anciens connaissaient bien les ressources.
Diderot, 2e Entretien sur le fils naturel, Pl., p. 1 249.
Mod. || Drame lyrique. Opéra, opéra-comique. || Drame lyrique, drame musical sacré. Cantate, oratorio.
2 (1742, Landais). Spécialt. Cour. Genre théâtral comportant des pièces en vers ou en prose, dont l'action généralement tragique, pathétique, s'accompagne d'éléments réalistes, familiers, comiques, bouffons; pièce de théâtre appartenant à ce genre. || Le drame, rompant avec la distinction classique de la tragédie et de la comédie, élargit le domaine et les moyens de ces deux genres.Le drame satyrique grec mêlait le pathétique au bouffon. || Drames de Shakespeare, Calderon, Lope de Vega. || La comédie héroïque et la tragi-comédie du XVIIe siècle, la comédie larmoyante du XVIIIe siècle préparent la voie au drame, en France. || Le drame apparaît en France au XVIIIe siècle; on l'appelle « genre sérieux » (Diderot), « tragédie bourgeoise, drame bourgeois, drame moral ». || Les drames de Beaumarchais, de Sedaine. || Drame romantique.Drames de Lessing, de Goethe. || Drame historique, réaliste, lyrique, symboliste. || Drame religieux espagnol. Auto. || Drame populaire ( Mélodrame).Composer, écrire, publier, éditer un drame. || Mise en scène, décors (cit. 1) d'un drame. || Jouer, monter un drame. || Conduire des drames de trente à quarante personnages (cit. 9).
4 Les hommes de lettres qui se sont voués au théâtre, en examinant cette pièce (La Mère coupable), pourront y démêler une intrigue de comédie, fondue dans le pathétique d'un drame. Ce dernier genre, trop dédaigné de quelques juges prévenus, ne leur paraissait pas de force à comporter ces deux éléments réunis. L'intrigue, disaient-ils, est le propre des sujets gais (…) on adapte le pathétique à la marche simple du drame pour en soutenir la faiblesse. Mais ces principes hasardés s'évanouissent à l'application (…)
Beaumarchais, Un mot sur « la Mère coupable », in Théâtre, éd. Garnier, p. 348.
4.1 Le drame n'est point une action forcée, rapide, extrême : c'est un beau moment de la vie humaine, qui révèle l'intérieur d'une famille, où, sans négliger les grands traits, on recueille précieusement les détails. Ce n'est point un personnage factice, à qui on attribue rigoureusement tous les défauts ou les vertus de l'espèce : c'est un personnage plus vrai, plus raisonnable, moins gigantesque, et qui, sans être annoncé, fait plus d'effet que s'il l'était. Ourdir, enchaîner les faits conformément à la vérité, suivre dans le choix des événements le cours ordinaire des choses, éviter tout ce qui sent le roman, modeler la marche de la pièce, de sorte que l'extrait paraisse un récit où règne la plus exacte vraisemblance, créer l'intérêt, et le soutenir sans échafaudage, ne point permettre à l'œil de cesser d'être humide sans froisser le cœur d'une manière trop violente, faire naître enfin à divers intervalles le sourire de l'âme et rendre la joie aussi délicate que la compassion, c'est là ce que propose le drame, et ce que n'a point tenté la comédie.
Louis Sébastien Mercier, Essai sur l'art dramatique (1773), in Beaumarchais, Couty et Rey, Dict. des littératures de langue franç.
Spécialt. Le drame romantique, tel qu'il est défini par Hugo.
4.2 Du jour où le christianisme a dit à l'homme : « Tu est double, tu es composé de deux êtres, l'un périssable, l'autre immortel, l'un charnel, l'autre éthéré, l'un enchaîné par les appétits, les besoins et les passions, l'autre emporté sur les ailes de l'enthousiasme et de la rêverie, celui-ci enfin toujours courbé vers la terre, sa mère, celui-là sans cesse élancé vers le ciel, sa patrie », de ce jour-là le drame a été créé.
Hugo, Préface de Cromwell (1827).
5 Shakespeare, c'est le Drame; et le drame, qui fond sous un même souffle le grotesque et le sublime, le terrible et le bouffon, la tragédie et la comédie, le drame est le caractère propre de la troisième époque de poésie, de la littérature actuelle (…) L'ode vit de l'idéal, l'épopée du grandiose, le drame du réel (…) le drame, unissant les qualités les plus opposées, peut être tout à la fois plein de profondeur et plein de relief, philosophique et pittoresque (…)
(…) le corps y joue son rôle comme l'âme; et les hommes, et les événements, mis en jeu par ce double agent, passent, tour à tour bouffons et terribles, quelquefois terribles et bouffons tout ensemble.
Hugo, Préface de Cromwell.
Par ext. Pièce d'un caractère grave, pathétique (par oppos. à comédie). || Les Mouches, drame de J.-P. Sartre.
3 Par métaphore et fig. (du sens 1 ou 2) :
6 La nature est un drame avec des personnages (…)
Hugo, les Contemplations, V, « En marche », III, IV.
7 Du drame de ses jours (de Jocelyn) j'explore le théâtre (…)
Lamartine, Jocelyn, Épilogue, I.
B (1787). Événement ou suite d'événements tragiques, terribles. Catastrophe, tragédie; → Bouleversement, cit. 3. || Drame affreux, atroce, épouvantable, horrible, sanglant, terrible. || Le drame humain, le drame terrestre, le drame de la condition humaine. || Drame international, planétaire. || Drame social. || Une affaire qui tourne au drame. || Drame qui se noue, qui se dénoue (cit. 9, 19). || Suite, tissu de drames (→ Chaos, cit. 8). || Incident qui se corse (cit. 2) d'un peu de drame. || Cela a été, cela a fait tout un drame. || Les circonstances, le décor (cit. 9) du drame. || Drame de famille, drame personnel. || Un drame de la jalousie, d'amour, un drame passionnel, conjugal.
8 (dans la révolution anglaise) le drame de la liberté, ici (dans la Fronde) sa parodie.
Chateaubriand, les Quatre Stuarts (1830), Henriette-Marie.
9 Ces lieux de nos bonheurs et de nos désespoirs,
Où le drame divin de tout notre jeune âge
Avait à chaque site attaché son image !
Lamartine, Jocelyn, 9e époque (1836).
10 La manière dont le monde des apparences s'impose à nous et dont nous tentons d'imposer au monde extérieur notre interprétation particulière, fait le drame de notre vie.
Gide, les Faux-monnayeurs, II, V, p. 261.
11 Le drame de famille s'était greffé à vif sur le drame d'amour.
Martin du Gard, les Thibault, t. III, p. 278.
12 Le drame du travail, en France, est déterminé par le drame de la monnaie.
G. Duhamel, Manuel du protestataire, II, p. 72.
13 Oh ! c'est cette soirée, ce contraste entre la sérénité apparente de ce paysage, de cette maison, et les drames secrets que l'on y devine (…)
A. Maurois, le Cercle de famille, II, p. 277.
Spécialt. En style de journal. Catastrophe causée par un accident, un crime… || Tous les détails sur le drame de… || Drame sanglant dans la banlieue parisienne.
Fam. || Ce n'est pas un drame : ce n'est pas graveFaire un drame de qqch. Dramatiser (B.). || Il ne faudrait pas en faire un drame (→ Faire toute une histoire, un plat…).En voilà, un drame ! || Quel petit drame !
14 Un drame, ils font sûrement un drame parce que leur voiture n'est pas du modèle le plus récent, n'est-il pas vrai ? et leurs épouses boudent parce que leur fourrure n'est pas neuve.
Camus, Un cas intéressant, in Théâtre, Pl., p. 700.
CONTR. Comédie. — Idylle.
DÉR. Dramatiser, dramatisme, dramatiste.
COMP. V. Sociodrame.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • drame — DRAME. s. m. Poëme composé pour le Théâtre, et représentant une action, soit comique, soit tragique. L unité d action, l unité de temps et l unité de lieu, sont les principales règles du Drame …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • drame — drame; mel·o·drame; …   English syllables

  • -drame — ❖ ♦ Élément du précéd. (ex. : mélodrame, mimodrame, psychodrame) …   Encyclopédie Universelle

  • drame — mimodrame mélodrame psychodrame sociodrame …   Dictionnaire des rimes

  • drame — dràme ž pl. tantum DEFINICIJA v. dramaluci ETIMOLOGIJA vidi dramaluk …   Hrvatski jezični portal

  • drame — Drame, ou Dragme, Drachma drachmae …   Thresor de la langue françoyse

  • DRAME — n. m. Pièce de théâtre représentant une action, soit comique, soit tragique. Le génie du récit ne suppose pas toujours le génie du drame. Drame lyrique, Pièce entièrement mise en musique ou mêlée de chant et que l’on nomme aussi OPÉRA ou OPÉRA… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Dramé — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La chanteuse malienne Chéché Dramé au festival de Kayes Médine Tamba à Kayes en février 2009 …   Wikipédia en Français

  • Dramé — Boukary Dramé Spielerinformationen Voller Name Boukary Dramé Geburtstag 22. Juli 1985 Geburtsort Villepinte, Frankreich Position Abwehrspieler Vereine in der Jugend …   Deutsch Wikipedia

  • Drame — Sur les autres projets Wikimedia : « drame », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français